La façon dont vous rédigerez votre newsletter aura un impact très important sur vos résultats d’envois par courriel. Voici 5 astuces de rédaction à appliquer lorsque vous faites aller vos doigts sur un clavier.

1. Choisissez un titre accrocheur

Le titre ou l’objet de votre envoi est la première chose que l’internaute voit dans sa boîte de réception. Selon nos observations, un titre efficace comporte environ 7 à 10 mots.

Vous vous devez d’attirer l’attention immédiatement et d’inciter votre lecteur à ouvrir, sans plus attendre, votre courriel. N’oubliez pas que votre destinataire ouvre souvent ses emails de façon groupée, vous serez donc en « compétition » avec d’autres emails.

Trop long, vous demandez un trop grand effort à votre lecteur. Trop court, il risque de ne pas comprendre pourquoi vous lui envoyez cette missive. Une bonne habitude à prendre, lorsque vient le temps de titrer votre courriel, consiste à répondre aux deux questions suivantes :

  • « Pourquoi mes abonnés se sont-ils inscrits à ma newsletter? »
  • « Quelles sont les attentes de mes abonnés en recevant ce message? »

N’oubliez pas, si votre titre n’est pas accrocheur et que votre récipiendaire n’ouvre pas votre courriel, alors tout le travail de rédaction de votre newsletter sera perdu!

2. Écrivez le plus important, en premier

Un principe de base en rédaction de newsletters est de résumer les grandes lignes dès le début de votre email.  Écrivez de micro paragraphes. Empruntez au style journalistique son principe du chapeau, c’est-à-dire l’inclusion d’un petit paragraphe qui consiste à répondre aux 5 questions :

  • Quoi ?
  • Qui ?
  • Où ?
  • Quand ?
  • Comment?

Cette pratique permet au lecteur de rapidement faire ses choix de lecture, basés sur ses intérêts et de poursuivre la lecture sur un site Web. Le contenu doit être utile pour celui qui le reçoit. Il doit être séduisant!

3. Soignez votre style

Écrire en laissant des «phottent d’or’tographlent» dans votre texte n’est jamais une bonne idée…

Rédiger comme parle Gerry, le beau-frère… ça donne du style, mais ce n’est pas toujours une bonne idée. Adoptez plutôt un style télégraphique.

Rassemblez vos propos à l’aide :

  •  de puces
  • de listes numérotées
  • en anglais on dit bullet ou pointform
  • d’énumération de type «notre top 10, les 8 meilleurs conseils, 5 astuces pour…, etc.

De par votre mise en forme, soyez concis, des phrases courtes et succinctes. Sachez susciter l’intérêt, piquez la curiosité et, au besoin, invitez votre lecteur à poursuivre sa lecture sur votre site Web, en cliquant par exemple sur un lien de type «…pour en savoir plus, cliquez ici…».

4. Ne sous-estimez pas les détails techniques

L’attention de votre lecteur se mesure en microsecondes et sa décision est sans équivoque. Les internautes réagissent vite.

Avez-vous pensé à la ligne de flottaison?

Qu’arrive-t-il si un email est consulté sur un téléphone, une tablette, sur un ordinateur?

Le contenu qui n’est pas visible à l’écran à moins de glisser vers le bas pourrait ne jamais être lu ou vu.

Autre chose, les yeux ont tendance à parcourir l’écran en Z. Il importe de visualiser comment sont disposés vos paragraphes. Tel que stipulé ci-haut, ceux-ci auraient avantage à être aérés et équilibrés. L’œil du lecteur se promène très souvent en diagonal avant d’entamer sa lecture à la recherche de point(s) d’intérêt(s).

Avant de publier, visualisez l’ensemble de votre mise en page et cherchez à rendre lisible votre œuvre : pensez à l’espacement entre les lignes, les titres, les images, leur position, l’alignement, le choix de couleurs, la justification, les polices, les MAJUSCULES, etc.

Côté police de caractères, jouer avec la grosseur de police est une bonne idée, par contre, proposer trois grandeurs suffit. Même chose concernant le choix des polices, trois, maximum.

5. Ajoutez du texte sur une image

L’idée de placer l’image d’une belle personne, souriante peut être accrocheuse. De plus, avez-vous pensé à ajouter quelques mots en superposition? Cela ne serait-il pas plus efficace?

N’hésitez jamais à utiliser l’espace image pour publier quelques mots. Pas plus de deux ou trois mots combinés à une image peuvent générer un grand impact et faire une grande différence entre la lecture ou le rejet de votre email… Une image vaut souvent mille mots, par contre faut-il que ce soit les mille bons!

Bonne rédaction.

P.S. Vous n’utilisez pas Cyberimpact pour envoyer vos infolettres? Commencer maintenant!